Caisse unique (cantonale)

Le peuple suisse a rejeté plusieurs fois l’idée d’une caisse unique étatique. La dernière fois, le 28 septembre 2014, par 61,8% de voix contraires, le peuple suisse a nettement rejeté l’initiative pour une caisse publique d’assurance-maladie. Cela montre donc que la population tient toujours clairement à un système de santé basé sur la libre concurrence et financé solidairement. A l’automne 2017, une initiative populaire en faveur des caisses uniques cantonales a été lancée en Suisse romande. Finalement, l’initiative n’a pas abouti en raison d’un nombre insuffisant de signatures. Une initiative actuellement pendante dans le canton de Neuchâtel demande une nouvelle version de caisse unique au niveau cantonal ou régional, dont les chances d’aboutir sont néanmoins faibles.

L’institution d’une caisse unique fixerait une prime homogène pour tous les assurés d’un même canton. Le rôle des actuels assureurs-maladie se limiterait ainsi au contrôle et au paiement des factures. La CSS s’oppose à la caisse unique, qu’elle soit fédérale, régionale ou cantonale. La concurrence entre les assureurs-maladie entraîne aujourd’hui un niveau qualitatif élevé et un contrôle efficace des factures, qui permet de réaliser des économies sur les prestations fournies inutilement, au profit des payeurs de primes. En outre, les assurés ont le choix entre un grand nombre d’offres innovantes et bénéficient de rabais de prime s’ils optent pour un modèle alternatif d’assurance. Dans un système de caisse unique, les assurés perdraient cette liberté de choix et ainsi la possibilité prévue par la loi de changer d’assurance-maladie. Avec les caisses cantonales, les assurés pourraient uniquement changer de centre de décompte, mais pas de caisse, en cas de mauvaise gestion et d’augmentation des primes. Les caisses cantonales font précisément peser la menace d’une croissance accrue des coûts, dans la mesure où elles ne seraient pas incitées à proposer des primes attrayantes. De plus, les fournisseurs de prestations bénéficieraient de tarifs élevés vu qu’ils seraient représentés dans les organes dirigeants des caisses respectives et participeraient de ce fait à la fixation des primes. Il est en outre probable qu’avec une institution ayant le monopole, où aucune concurrence ne s’exercerait, les frais administratifs augmenteraient. Enfin, les caisses uniques poursuivent l’objectif de réduire massivement les réserves, ce qui compromettrait la stabilité financière de l’institution, même en cas de petites erreurs d’estimation de l’évolution des coûts. Une telle position critique sur le plan financier ne pourrait être corrigée que par des augmentations de primes massives, ou avec l’argent du contribuable.

Votre partenaire santé

En tant que partenaire santé, nous nous engageons pour un mode de vie sain, pour une guérison active et pour une gestion consciente de la maladie.

Etre en bonne santé
Nous aidons nos clientes et clients à garder un équilibre tant physique que psychique.
Pour vivre en bonne santé
Guérir
En cas de maladie et de questions médicales, nous aidons à mieux s’y retrouver et à obtenir des réponses rapidement.
Guérir activement
Vivre avec une maladie
Avec nos offres complé­mentaires, nous permettons une gestion consciente des maladies chroniques.
Gérer la maladie